BLOCKHAUS EXODUS | 2017


Vidéoprojection 4/1 full HD 24p
Vidéoprojecteur, lecteur multimédia, dispositif sonore 2.1, peinture des murs : gris ral 9004, peinture de l’écran : blanc ral 9003
Dimensions de la vidéoprojection : 200cm x 50cm, dimensions de l’espace : 400cm x 400cm x 250cm maximum, durée : 4’57’’


  • Blockhaus Exodus


Blockhaus Exodus, 4'57'' »



Le mur de l’Atlantique est un ensemble de quelques 12000 structures (bunkers, artillerie, cuves à canons, bases, …) construites pendant la seconde guerre mondiale par les Allemands, sur les côtes européennes. Ce paysage de guerre, qui s’étend de la frontière espagnole au nord de la Norvège, est le symbole de l’échec du troisième Reich dont la stratégie de conquête était principalement basée sur l’offensive.

Chaque construction se compose majoritairement de béton armé dont l’utilité fonctionnelle s’appuie sur une influence de l’esthétique moderniste du début du XXème siècle. On y retrouve des ouvertures horizontales en rupture avec les meurtrières verticales « classiques ». De fait, cette évolution apporte un point de vue panoramique aux blockhaus qui vient alors générer une pénétration du panorama au sein même de ces structures.

« L’une des caractéristiques essentielles du bunker est que c’est l’une des rares architectures modernes monolithiques. Alors que la plupart des bâtiments sont remblayés sur le terrain par leurs fondations, le bunker est dépourvu de tout, en dehors de son centre de gravité, ce qui lui permet de mieux encaisser les chocs quand le sol environnant subit l’impact de projectiles. » (1)

De nos jours, quelques-uns de ces ouvrages sont préservés tandis que la majorité est laissée à l’abandon, se dégrade puis disparaît face aux mutations du littoral engendrées par l’océan (absence de fondations, érosion, migration du sable, vents violents, vagues déferlantes et ressac). Les blockhaus abandonnés s’enfoncent alors progressivement et « glissent » lentement et inexorablement vers l’océan.

Blockhaus Exodus est une archive à un instant t de la disparition lente et progressive de ces architectures chargées d’histoire. Le format vidéo, panorama (ratio >4:1), projette le spectateur selon un point de vue interne au blockhaus et lui offre une vision panoramique sur l’inévitable absorption par l’océan de ceux qui le précèdent.

Il s’agit d’observer la lente et régulière violence d’une nature qui reprend ses droits sur ces constructions humaines devenues les fantômes de notre passé commun. Le rythme, donné par les vagues elles-mêmes, invite le spectateur à une lancinante expérience de lobotomie contemplative.


(1) : Bunker archeologie, Paul Virilio, 1975, réédition Les Éditions du Demi-Cercle, Paris, 1994