DO NOT TALK | 2012


Installation
Vinyles adhésifs
Dimensions variables


  • Do not talk
    Visuel 3d, document de travail


L’agent de surveillance est d’une part sollicité pour des questions d’ordre général, mais parfois aussi pour obtenir des informations sur les œuvres. L’installation Do not talk encadre la zone de sa chaise de la même manière que les avertissements DO NOT CROSS qui encadrent certaines sculptures. Ainsi, de par ce dispositif, l’agent de surveillance n’est pas tenu de répondre aux sollicitations des spectateurs dès lors qu’il se trouve dans la zone définie. La frontière mise en place et vient perturber les habitudes interactives avec l’agent de surveillance. Il reste ainsi libre d’effectuer son travail, mais il dispose d’un espace qui lui permet de se soustraire à l’une des tâches qui lui sont demandées : répondre. L’œuvre vient alors interférer dans les principes organisationnels mêmes de l’exposition.